Navigation

Avis / Test: Resident Evil 7: Not a Hero

Testé sur Xbox One à partir d’une version commerciale

Sorti en Janvier 2017 Resident Evil 7 a sû redonner ses lettres de noblesse à une franchise qui n’a pas fait l’unanimitée envers les fans avec les épisodes 5 et 6.

Ayant déjà fait l’objet d’un contenu additionnel dès février, Vidéo Interdites Vol 1 et 2, Re7 se voit depuis le 12 décembre complété par deux nouveaux DLC « Not A Hero » et « End Of Zoe ».

Logiquement prévu pour le printemps 2017, le DLC mettant en scène Chris Redfield à été repoussé pour cette fin d’année. C’est à celui ci que nous allons nous intéresser dans les lignes qui suivent. L’attente valait t’elle le coup ? Qu’en est t’il exactement de ce contenu additionnel ?

L’histoire commence directement après la fin de Resident Evil 7, Chris Redfield débarque et sauve Ethan Winters, qui rappelons le est arrivé dans la maison de la famille Baker afin de sauver sa petite amie Mia.

 

Comme on peut le constater c’est un Chris totalement remodelé que nous allons incarner dans cette aventure. Toujours très entraîné et travaillant aux côtés de New Umbrella, devenue une société militaire privée, Chris débutera l’histoire avec un flingue, un fusil un pompe, des grenades ainsi que l’éternel couteau de survie. Votre mission sera de secourir 3 de vos soldats et surtout de vous lancer à la poursuite de Lucas Baker, qui est soupçonné d’être à l’origine de ce qui se passe dans la plantation de la petite ville de Duvley.

C’est donc dans les mines de sel que débutera notre périple, déjà première chose qui choque les graphismes sont tout de même en deçà de la qualité du jeu original.

L’ambiance oppressante du jeu original n’est plus là

On avancera donc dans ces grottes déjà connues mais l’immersion et la terreur ne sont plus présentes, surement dû au fait que l’on connaissent déjà les lieux. Il ne faudra pas longtemps avant que les premiers Mycomorphes nous tombent sur le poil.

D’ailleurs à ce sujet vaut mieux préférer tirer une balle dans la tête afin de les étourdir pour ensuite leur coller un bon gros coup de bourrin dans la face. En effet nos munitions seront quand même très limitées et cela nous obligera souvent à courir pour échapper aux vilaines bêbêtes qui veulent nous becter.

Après avoir éclaté les premiers monstres nous allons faire la rencontre de ce gentil Lucas Baker qui bien entendu ne va pas se laisser attraper aussi facilement. Tout au long de notre parcours, ce brave homme va nous tendre des pièges qui faudra déjouer tout en prenant garde aux Mycomorphes et autres joyeusetés qu’il va nous lâcher au derrière.

Pour y arriver il faudra donc avancer avec prudence et bien surveiller notre environnement afin de ne pas se faire avoir. Pour cela des améliorations pour notre casque seront à découvrir au fil de l’aventure. Un filtre à particules ou la vision nocturne seront indispensable pour avancer.

        

Tout le jeu ne sera que succession de pièces et de recoins à visiter afin de trouver des indices et rattraper Lucas. Rien de bien novateur dans cet extension, des phases de Gameplay différentes qui donnent un peu d’attrait au jeu, mais qui n’enlèvent pas le sentiment d’ennui qui nous parcours tout au long de l’aventure. En effet pour les plus acharnés d’entre nous, qui voudrais le faire de fond en comble, il n’y aura pas beaucoup de challenge puisque que nous n’aurons que 10 pièces antiques à trouver pour seulement deux améliorations possible pour notre héros. Autant dire que le jeu n’en vaut pas la chandelle, et qu’il suffit d’avancer bêtement pour arriver à la fin et buter Lucas qui se sera transformer en gros vilain monstre.

Nous aurons cependant quelques phases de boss stressantes, des endroits dont nous devrons nous échapper avant que tout pète, et quelques petites frayeurs qui pimenteront quand même un peu ce « Not A Hero ».

Malgré les efforts de Chris, ses potes ne seront pas à la fête

 

Il ne vous rappel rien ?

 

Malheureusement, même s’il contient de bonnes choses ce contenu additionnel se révèle très pauvre. Un scénario qui, il faut l’avouer est plutôt vide, on en sait finalement que trop peu sur Chris ou même sur Lucas Baker au final. Le bestiaire qui n’innove pas du tout par rapport à l’aventure principale, on aurait aimé découvrir d’autres abominations et le gameplay reste plutôt mou dans l’ensemble.

 

De plus pour finir de plomber l’ambiance il nous a fallut à peine 1 heure pour terminer ce DLC en mode normal. Une fois fini pour seule récompense on nous donne un nouveau viseur pour le fusil à pompe, autant vous dire que c’est maigre et que l’envie d’y retourner sans trouve grandement réduite. Seul le mode professionnel pourra éventuellement tenter les joueurs qui veulent détruire du vilain pas beau à coup de couteau.

Vous voulez jouer avec moi ?

 

Rappelons que « Not A Hero » est disponible gratuitement sur les stores, pour ceux qui possèdent déjà Resident Evil 7, ou dans l’édition Gold sortie le 12 décembre 2017.

Les plus:

  • Clôture l’histoire de Lucas Baker
  • Le retour de Chris
  • Quelques moments de stress

Les moins:

  • Scénario trop faible
  • Durée de vie
  • Graphiquement décevant
  • Ambiance générale ennuyante

 

 

Spawny

Posté par 

Accroc aux jeux vidéo depuis la master system, j’affectionne principalement le genre survival horror et tout particulièrement Resident evil que je collectionne avec acharnement. Je joue sur tout support rétro comme next gen

Articles Similaires

Laisser un commentaire